La rédaction web SEO permet à une page web ou un site internet de se positionner efficacement dans les pages de résultats de recherche (SERP). De nombreux facteurs entrent en compte dans le calcul des classements des pages de résultats de recherche par les algorithmes de Google. La rédaction web est l’un des principaux critères d’analyse des moteurs de recherche. Découvrez toutes les techniques de nos experts SEO pour travailler efficacement vos contenus textuels. Aucun besoin de connaissances spécifiques ne vous ai demandé, juste un peu de temps et de la passion 😉

Pour ceux qui n’auraient pas le temps de s’occuper de la rédaction web de leur contenu texte, vous pouvez contacter directement notre agence SEO à Bordeaux et à Paris.

rédaction web seo les étapes du référencement naturel

Infographie concernant les différents domaines d’intervention d’un expert SEO. Nous verrons aujourd’hui une particularité de la dimension on-page, la rédaction web.

Sommaire

Dans la rédaction web, tout débute par un plan structuré

Dès que vous avez votre sujet, il est important d’établir un plan logique avant même de commencer à rédiger. En effet, plus votre plan est structuré, plus vos lecteurs seront concernés par votre rédaction web. De plus, vous gagnerez en efficacité lorsque vous rédigerez vos phrases.

Votre contenu web doit comporter une introduction accrocheuse et une conclusion. Vous pouvez en apprendre beaucoup en analysant des articles de presse, ils sont souvent très efficaces afin d’inciter les lecteurs à rester jusqu’au bout. Il est important de placer rapidement un sommaire (en cas de contenu texte long) afin d’aider les lecteurs dans la compréhension de votre contenu textuel.

Faites un plan en plusieurs parties. Chaque grande partie sera introduite par un titre H2 puis décomposée en plusieurs sous-titres (H3, H4, H5 ou H6). Vous pouvez ensuite injecter vos différentes idées au sein des parties structurelles. Comme en dissertation, le plan doit répondre à votre problématique initiale. Lorsque vous aurez validé vos mots clés, vous pourrez ainsi les ajouter directement à votre plan structuré.

Cette étape peut être réalisée après ou avant la phase identification de la cible et celle concernant la recherche de mots clés.

Vous êtes maintenant prêt pour attaquer le vif du sujet !

Pour travailler vos textes SEO, vous devez identifier et comprendre les attentes de votre cible

optimiser la rédaction web seo friendly en identifant la cible

Interface Facebook Insight : l’outil qui vous aidera à segmenter vos cibles et à comprendre leurs attentes

Être un bon rédacteur web nécessite de jongler entre différentes compétences. La première compétence requise, est celle du marketeur. Vous devez bien identifier votre cible afin d’utiliser des termes compris par votre audience. En identifiant votre audience, vous pourrez également lui apporter des réponses à ses questionnements (chaque questionnement est une requête Google). Pour cela, posez vous les bonnes questions sur les individus constituant votre audience :

  • Les âges concernés : pour adapter votre style de langage et la mise en forme
  • Leurs centres d’intérêts : pour optimiser vos métaphores ou vos références
  • Leurs styles de lecture (médias, livre) : pour analyser et adapter votre contenu texte au niveau du contenu et de la mise en forme
  • Les sources et les sites fréquentés : pour citer des sources extérieures reconnues et validées par votre audience
  • Les heures et les jours de lecture : pour diffuser votre contenu (ou en faire la promotion) au bon moment
  • Les canaux de lecture privilégiés : pour faire la promotion de votre article ou page web au bon endroit (exemple : Facebook)

Pour vous aider à répondre à ses questions, différents outils gratuits sont disponibles tels que Facebook Insight. Cet outil permet de vous donner un aperçu global des attentes et des centres d’intérêt de votre cible.

N’hésitez pas à segmenter votre audience en différents sous-segments si les caractéristiques analysées sont trop disparates. Il est important de cibler précis pour être sûr de toucher efficacement son audience. Vous pourrez ainsi guider votre stratégie éditoriale en fonction des cibles identifiées. Pour rappel, une cible intéressante est un individu susceptible de réaliser une action souhaitée par le marketeur (exemple : achat d’un produit, rejoindre une communauté, envoyer un message via un formulaire, …).

Trouver les bons mots clés qui alimenteront votre rédaction web.

trouver les bons mots clés pour améliorer ses textes SEO

Infographie par Aurélien Debord : Les étapes indispensables pour bien choisir ses mots en référencement naturel

Cette étape est souvent négligée par un grand nombre de rédacteurs web. Avec un peu d’expérience dans le secteur de la SEO, nous rencontrons souvent des rédacteurs convaincus de la pertinence de certains mots clés sans même les avoir analysés. L’instinct c’est bien, mais c’est moins fiable que les chiffres.

Il est important d’identifier des mots clés bénéficiant d’un volume de recherches suffisamment élevé pour généré du trafic. De plus, il est important de privilégier des mots clés peu concurrentiels lorsque l’on souhaite booster le référencement d’un site web (sauf si vous êtes Amazon 🙂 ).

Chaque secteur d’activité possède des mots clés plus ou moins concurrentiels. Pour certains secteurs, il est parfois difficile d’identifier des mots clés stratégiques, d’où l’importance d’investir un temps de travail suffisamment long dans cette étape. Vous pouvez également réaliser cette phase de recherche en équipe, via un brainstorming. Pour chaque article, vous devez avoir un mot clé principal (constitué d’un ou plusieurs mots) et plusieurs mots clés secondaires (appelés également requêtes secondaires).

Tout comme la phase d’analyse et de compréhension de votre cible (expliquée ci-dessus), cette étape vous permettra d’alimenter votre stratégie éditoriale de manière durable. Pour en savoir plus sur la recherche de mots clés, vous pouvez lire cet article très dense réalisé par l’un de nos experts SEO : Trouver des mots clés stratégiques.

Rédiger un contenu web de qualité et optimiser votre rédaction web SEO

Le contenu est roi ! Ce n’est sûrement pas la première fois que vous entendez cela mais ce principe est aujourd’hui une référence en matière de SEO. En effet, Google a entrepris une chasse aux mauvais contenus (via notamment l’algorithme Pingouin) afin d’apporter des réponses de qualité aux recherches des internautes. Les textes considérés comme qualitatifs par Google doivent être simples, accessibles et compréhensibles rapidement.

L’orthographe et la mise en forme permettent aux moteurs de recherche de juger le niveau de qualification d’une page web. L’utilisation d’images, d’infographies et d’illustrations permet d’optimiser la transmission de connaissances entre vous et votre lecteur. Mettre en avant des sources extérieures de qualité permet d’attribuer à votre contenu, une dimension plus spécialiste. Ne lésinez pas sur les citations, les liens sortants et les liens internes. Nous reviendrons sur ces notions plus tard dans ce même article 😉

Gardez en tête que vous devez apporter le plus de réponses possibles à vos lecteurs. Pour ce faire, étudiez bien votre sujet avant de passer à la rédaction. Étudiez différentes sources, confrontez les points de vue et surtout faites-vous relire si possible par des spécialistes.

En plus d’être naturellement mieux référencé dans les SERP (page de résultats de recherche), un contenu de qualité est davantage partageable par les internautes. Plus les visiteurs partagent votre page, mieux celle-ci est référencée. L’infographie ci-dessous illustre parfaitement le cercle vertueux qu’engendre un contenu qualitatif pour votre référencement naturel. Nous reprendrons chacun de ces points en détails dans les explications ci-après.

Pour une rédaction web SEO, il faut développer le contexte sémantique de votre article ou de votre page web

rédaction sur internet SEO l'importance des cocons sémantiques

Schéma explicatif des cocons sémantiques. Cela est obtenu via la richesse sémantique des mots et les liens internes et externes

Content is king but context is God (le contenu est roi, mais le contexte est dieu) ! Les algorithmes Google analysent aujourd’hui la richesse du vocabulaire utilisé par un rédacteur web. Plus les termes sont variés et spécialisés, plus la page web sera identifiée comme contenu de qualité, plus l’URL de la page concernée sera située en haut des pages de résultats de recherche (SERP).

Puisque vous bénéficiez maintenant d’une liste de mots clés spécifiques à votre sujet, vous pouvez ainsi les utiliser afin d’enrichir votre rédaction web. Privilégiez des synonymes, des mots complémentaires à votre mot clé principal et vous augmenterez ainsi le contexte sémantique de votre rédaction web. En opérant ainsi, vous évitez de sur-optimiser votre article avec les mêmes mots clés (Keyword stuffing). Word de Microsoft Office propose un dictionnaire avec des synonymes. Il est très pratique, rapide d’accès et surtout totalement gratuit pour les détenteurs de cet éditeur de texte. Dautres outils sont mis à votre disposition afin de vous aider dans la diversification des mots utilisés dans vos contenus textes :

Plus d’excuse maintenant, on écrit en utilisant un vocabulaire approprié et varié ! Pour les plus curieux, vous pouvez lire cet article sur le Cosinus de Salton. Vous comprendrez comment fonctionne la qualification d’un contenu web. Attention, réservé aux amoureux des mathématiques 😉

Dans la rédaction web SEO friendly, le nombre de mots à écrire a une importance

volume de mots clés pour une rédaction web seo frindly

Semrush, acteur reconnu dans le secteur de la SEO, à publié en 2018 une étude sur l’impacte du volume de mots dans un article.

La question qui divise les experts SEO ! Afin de correspondre aux standards SEO, nous vous conseillons de rédiger un minimum de 1000 mots par article (au minimum 500 mots pour une page et 300 pour une page produit). Il est important de ne pas se focaliser uniquement sur cet objectif au risque de proposer un contenu peu intéressant. Laissez-vous aller dans votre inspiration. Vous compléterez si besoin votre contenu de quelques phrases si vous êtes en dessous du seuil conseillé.

Certains spécialistes vous diront de viser les 800 mots pour un article. Mais avec le nombre croissant d’articles et de pages diffusés dans les moteurs de recherche, prenez de l’avance en développant des contenus plus denses. Afin d’éviter de vous focaliser sur le nombre total de mots de votre article, nous vous conseillons de diviser le nombre de mots idéals (soit 1000 mots environ) par le nombre de sections de votre plan. Vous obtiendrez ainsi un nombre moyen de mots par partie de votre article. De plus, cette technique vous permet d’équilibrer vos différentes sections afin d’obtenir un rendu homogène.

Une des stratégies régulièrement utilisée en rédaction web consiste à rédiger des contenus piliers (Pillar content). En publiant un article avec un volume de mots clés supérieur à 3000 mots, vous pouvez redistribuer l’efficacité SEO du contenu pillier à travers d’autres articles ou pages moins denses en termes de mots clés et moins visités par les internautes. On appelle cela le jus de lien qui s’opère via le maillage interne.

Vous pouvez retrouver l’ensemble de l’étude sur la rédaction web sur le blog Semrush.

Pour une rédaction web efficace, il faut travailler l’introduction de votre article.

Pyramide inversée pour dynamiser sa stratégie éditoriale SEO

Schéma de la pyramide inversée en journalisme. Suivez cette logique pour vos articles. Cela incitera les lecteurs à rester sur votre page web.

L’introduction permet de contextualiser le contenu d’une page pour le lecteur. Elle a également un rôle dans la structuration d’une page pour les Googlebots. Le mot clé principal de votre article doit se situer très tôt dans l’introduction de votre contenu afin de favoriser la bonne compréhension de votre contenu par l’algorithme.

Pour sa mise en forme, vous devez la mettre en avant. Vous pouvez utiliser du gras, de l’italique ou bien un fond de couleur afin de bien différencier cette introduction du reste du contenu. Si vous souhaitez mettre un plan de votre contenu, disposez le juste après l’introduction, cela réduira considérablement le taux d’abandon.

Pour une bonne introduction, jouez sur du storytelling afin d’inciter les visiteurs à poursuivre leur lecture. Par conséquent, vous réduirez une nouvelle fois le taux de rebond (taux d’abandon) de votre page. Pour rappel, cet indicateur est d’une importance cruciale pour votre référencement naturel.

Pensez à formuler une conclusion stratégique

Contrairement à l’introduction, l’intérêt stratégique de la conclusion est uniquement en faveur du lecteur. En effet, cette section de texte étant disposée près du footer, elle a un impact très faible dans le référencement naturel de votre page.

A l’inverse, vous pouvez inciter les visiteurs à partager votre article sur les réseaux sociaux. Par conséquent, plus votre article est partagé, plus Google vous accorde de l’importance dans les SERP. De plus, si vous disposez des URL (internes ou sortantes) dans cette section, elles ne seront que très peu prises en compte dans l’algorithme Google. Vous l’aurez compris, utilisez la conclusion principalement comme arme marketing en incitant au partage de l’article. Ou bien en collectant les mails des lecteurs par un module d’inscription à votre newsletter.

Bien gérer la longueur des phrases pour optimiser la lisibilité en rédaction web SEO

L’algorithme Google n’est qu’à ses débuts en matière de compréhension du langage naturel (Programmation Neurolinguistique ou PNL). Bien que déjà très efficiente, cette intelligence artificielle se nourrit chaque jour de données supplémentaires à l’aide des crawls. Aujourd’hui, Google analyse mieux une phrase lorsque celle-ci est courte. La langue française est par défaut plus complexe à analyser. En effet, la richesse grammaticale et orthographique rend la compréhension par un bot plus complexe.

Afin d’être bien compris par Google, utilisez des tournures de phrases simples. De plus, privilégiez des phrases entre 15 et 25 mots maximum afin de faciliter la PNL de l’algorithme. Google vous accorde une tolérance d’environ 20% (selon Yoast SEO). C’est-à-dire que vous pouvez utiliser des phrases de plus de 25 mots sans que ce volume dépasse les 20% de phrases totales de l’article. Gardez donc cette souplesse pour des explications nécessitant des tournures de phrases plus longues que la moyenne. Pour finir, vous devez séparer vos paragraphes par des sous-titres (H3, H4, H5 ou H6) afin d’alléger la densité de mots. La mesure standard indique de mettre un intertitre tous les 250 à 350 mots. Cela impactera directement la lisibilité de votre article. Plus un article est lisible, plus vos visiteurs restent, moins votre taux de rebond est élevé, mieux Google vous référence. Vous commencez maintenant à bien comprendre la logique !

Les mots de transition améliorent également la lisibilité d’une rédaction web SEO.

mots de liaisons pour un texte SEO friendly

Tableau de quelques mots de transition, connecteurs, mots de liaisons et conjonctions

En plus de l’orthographe, les mots de transition donnent à Google un indicateur important concernant la lisibilité de votre contenu texte. En effet, les mots de transition apportent de la fluidité dans la lecture de l’internaute. Voici quelques exemples de mots de transition :

  • Au sujet de
  • En effet
  • Par conséquent
  • De plus

Vous pouvez retrouver une liste non exhaustive de mots de liaison sur le site BIENECRIRE.FR

YOAST SEO, plug in permettant de travailler le référencement naturel d’une page sur le CMS WordPress, préconise de respecter un taux de mots de transition supérieur à 30%. Ne vous fixez pas forcément cet objectif mais essayez d’employer régulièrement des mots de jonction afin de travailler la lisibilité de votre rédaction web SEO.

Pour une bonne rédaction web, il faut être en accord avec sa cible et utiliser un langage accessible

Un concept important du marketing est d’adresser le bon message à la bonne personne, au bon moment. Pour adresser le bon message à votre cible, vous devez parler le même langage qu’elle. Évitez donc d’utiliser des mots de jargon trop complexes au risque de faire fuir votre lecteur. Le langage d’expert doit être utilisé en complément, dans des parenthèses afin d’apporter du contenu pédagogique, mais toujours très compréhensible. Il faut trouver le bon équilibre entre citations, utilisation de sources extérieures, mots techniques et explications.

Certains formats de contenus tels que des tutoriels ou des articles spécialisés doivent mettre en avant des mots techniques. Pour la plupart des autres types de contenus, privilégiez des mots simples. Un autre principe du marketing (et de la communication) est d’être compris par tous. Si un enfant de dix ans est capable de vous comprendre, alors votre contenu est compréhensible par tous et donc par les moteurs de recherche. Cela vient réduire directement le taux d’abandon de votre article (taux de rebond) et votre référencement naturel n’en sera que meilleur.

Eviter de rédiger les même phrases au sein d’un contenu texte SEO friendly

Il est important d’éviter de débuter les phrases par les mêmes tournures. En effet, cela impacte la lisibilité de votre contenu texte. Les utilisateurs risquent de quitter de manière prématurée votre page. Par conséquent, cela augmentera votre taux de rebond et nuira donc à votre référencement.

De plus, Google peut voir une forme de spam lorsque un contenu utilise de manière trop répétitive des tournures de phrases similaires. Diversifiez votre manière d’écrire (en conservant bien sûr votre identité). Votre texte doit être agréable pour vos lecteurs et être optimisé pour les crawls des Googlebots. Cette règle suit la logique de diversification sémantique recherchée par les moteurs de recherche.

Pour alléger votre rédaction web, vous devez sauter des lignes toutes les deux phrases

chiffres de la rédaction web en 2019

Les internautes sont davantage sur mobile. pensez donc à soigner la présentation de vos contenus textes SEO sur mobile

Dans la continuité de l’optimisation de la lisibilité de votre contenu texte, l’aération de vos paragraphes est primordiale. La tendance actuelle est de sauter une ligne toutes les deux à trois phrases. Bien que la version PC de votre contenu puisse sembler légèrement dispatchée avec cette mise en forme, le format mobile sera totalement optimisé pour cette configuration.

La voix active est redoutable pour optimiser votre rédaction web

Attention, petit cours de français afin de vous rafraîchir la mémoire. La voix passive nécessite d’utiliser l’auxiliaire « être » associé à un verbe au participe passé. Les tournures de phrases sont par conséquent plus complexes à comprendre pour Google et pour les internautes. Rappelez-vous que la langue française est considérée comme une langue très complexe. La voix active est davantage utilisée dans la langue anglaise pour sa simplicité. Un exemple simple pour comprendre la différence entre les deux styles de voix :

  • Voix active : Thomas boit de l’eau
  • Voix passive : L’eau est bue par Thomas

Adoptez donc la voix active. Vous éviterez le risque d’erreurs liées aux accords des verbes (pour rappel, l’orthographe a un impact direct sur votre SEO). La voix active vous permettra également de mieux gérer la longueur de vos phrases en enlevant certains accords parfois très longs.

Utilisez les balises HTML de mise en forme : le gras, l’Italique et le souligné

balise strong dans la rédaction en ligne

Présentation des balises principales en HTML. A noter que le TITLE n’est pas une balise, histoire de complexifier encore un peu plus les choses.

Mettre en avant du contenu permet avant tout de faciliter la lecture du contenu par l’internaute. Cela permet également de maintenir le regard de l’utilisateur sur votre contenu et par conséquent de garder le lecteur sur votre page web. Mettre tous les mots clés principaux ou secondaires en évidence risque d’être considéré comme une sur-optimisation par Google. En conséquence, cela engendrera des pénalités directes sur votre référencement naturel. Donc attention à les utiliser de manière intelligente et avec parcimonie afin de favoriser votre rédaction web SEO. Pour mettre en avant du contenu texte, différentes balises sont à votre disposition :

  • <i> : Elle indique par défaut que le contenu doit être en italique
  • <b> : Cette balise précise que le contenu doit être différent (par défaut en gras)
  • <em> : Précise l’utilisation d’une emphase afin de mettre le texte en valeur.
  • <strong> : Indique une mise en exergue (une mise en évidence)

Ces deux éditeurs sont disponibles depuis le back office WordPress. L’éditeur visuel WYSIWYG (ce que je vois, c’est ce que j’obtiendrai) est plus simple à utiliser pour un débutant que le format HTML. Voici un article complet pour la gestion de l’ensemble des balises META SEO.

Le Gras

Le gras permet de mettre en évidence des mots du texte afin d’attirer le regard du lecteur. Il peut être utilisé afin de se substituer aux inter-titres et de faciliter la lecture. Attention tout de même à ne pas remplacer tous vos titres par du gras car cela nuira directement à votre référencement naturel. Pour mettre toutes les chances de votre côté, utilisez cette balise pour des phrases importantes, des termes spécifiques et éventuellement quelques mots de vos requêtes principales ou secondaires. Pour rappel, une requête (ou mot clé) est constituée d’un ou de plusieurs mots.

L’italique

Le format italique permet principalement de mettre en avant des références extérieures à votre contenu texte. Idéalement, utilisez l’italique pour mettre en avant des pensées, des sources extérieures (livres, médias, blogs, …). Ce format peut être utilisé également pour faire ressortir des dialogues de votre contenu texte.

Le souligné

Moins fréquent mais permettant de varier les types de formats de votre contenu web, le souligné est très intéressant pour mettre en évidence une définition. Cette mise en forme peut être également utilisée afin de mettre en avant des liens internes ou externes de votre texte. Pour résumer, ces différents formats favorisent principalement la lecture de la page par un internaute. Ils impactent également le crawl des Googlebots s’ils sont utilisés de manières cohérente et non massive.

Soyez positif dans votre rédaction web SEO

Rien de pire que de lire un contenu négatif. Pour maintenir les internautes sur votre page, utilisez des termes positifs. Grâce à la lecture, il faut sentir votre sourire. De nombreuses études montrent que les individus sont intéressés par des émotions positives et essayent de fuir les ondes négatives. D’ailleurs, n’hésitez pas à apporter un peu d’humour, cela impacte considérablement le temps de session d’un internaute sur votre contenu.

Afin d’optimiser la rédaction web de votre site web, il faut éviter le duplicate content

On évoque le duplicate content (contenu dupliqué) lorsque l’on retrouve deux contenus identiques sur deux pages web. Cette notion fonctionne aussi bien pour deux pages d’un même site internet (cannibalisation) que pour deux pages provenant de noms de domaine différents (plagiat).

Impact du contenu dupliqué sur votre référencement naturel

Le site internet malveillant qui utilise des contenus provenant d’autres sources afin d’alimenter son référencement naturel risque d’être pénalisé par Google. Il risque même de disparaître complètement des SERP. Lorsqu’il s’agit d’une cannibalisation, c’est-à-dire un même contenu présent sur deux pages (ou deux articles) de votre site internet, votre position dans les SERP baisse radicalement.

Les astuces pour éviter le duplicate content

Le plagiat peut être supprimé grâce à la justice, bien que ces procédures puissent être longues et chronophages (et si vous avez la preuve qu’il y a bien eu plagiat). Vous pouvez également alerter Google d’une utilisation abusive de vos contenus et ainsi dénoncer les sites malveillants à votre encontre (atteinte à vos droits d’auteur). Vous pouvez identifier des contenus dupliqués en utilisant l’outil POSITEO. Ce dernier vous donnera un taux de contenu dupliqué et vous indiquera l’ensemble des URL où est identifié votre contenu. Vous pourrez ainsi partir à la chasse au plagiat. En ce qui concerne la cannibalisation de vos propres articles ou pages, pensez à rédiger des contenus propres à chaque page. Si possible, travaillez avec plusieurs rédacteurs et effectuez une harmonisation finale avant la diffusion. Cela permettra d’assurer l’authenticité de chaque contenu tout en conservant votre identité.

Vous pouvez également utiliser les URL canoniques. Elles permettent de relier des contenus similaires, aux URL différentes, au sein d’une même URL mère. Ainsi, les moteurs de recherche ne vous pénaliseront pas. Pour chacun de vos articles, utilisez des visuels que vous n’avez pas encore intégrés dans des articles précédents. Demandez régulièrement une inspection de votre Sitemap et vérifiez vous-même de temps en temps le contenu de vos pages et de vos articles.

Cette partie peut sembler un peu technique je vous l’accorde. Souvenez-vous qu’un rédacteur web doit posséder plusieurs compétences à son actif. Cette étape nécessite de comprendre le fonctionnement global du référencement naturel et vous demandera quelques compétences techniques. Nous vous expliquerons plus en détails ces différentes étapes dans un prochain article.

Une rédaction web SEO riche nécessite de varier les visuels utilisés

taux d'engagement des différents visuels

Source Hubspot : La vidéo offre un taux d’engagement nettement supérieur aux autres supports. Intégrée dans votre page web, elle augmentera également les durées des sessions de vos lecteurs.

Un contenu texte doit être accompagné de visuels. D’une part, vos utilisateurs fuiront s’ils arrivent sur une page avec uniquement du contenu texte (impactant ainsi votre taux de rebond). De plus, les moteurs de recherche prennent en compte la variété de contenu associée à votre article. Ne lésinez donc pas sur l’utilisation d’images, de photographies et d’infographies. Nous verrons plus tard comment optimiser ces visuels au niveau du référencement naturel.

La vidéo est quant à elle un vrai levier SEO friendly. En effet, les statistiques montrent qu’en moyenne les articles possédant une vidéo bénéficient de trois fois plus de backlinks (liens entrants vers votre page web) que ceux qui n’en possèdent pas. De plus, la vidéo captive qui signifie que vos utilisateurs ont plus de chance d’augmenter la durée de session sur votre page web (en moyenne 2,6 fois plus de temps supplémentaire sur votre page). Si vous utilisez les transcripts (retranscription de la vidéo) cela apporte également une densité de mot supplémentaire à votre article. La vidéo favorise le phénomène de partage de contenus et par conséquent votre trafic provenant des réseaux sociaux. Ce qui vous permettra d’être positionné en haut des SERP et des requêtes YouTube. N’oubliez pas qu’aujourd’hui, les lecteurs recherchent des contenus vidéo de longues durées. Proposez donc des contenus de 7 à 30 minutes afin de maintenir vos visiteurs sur votre page web.

Intégrer un maillage interne et citez des sources externes

Les liens internes et les liens externes sont d’une importance capitale pour le référencement naturel de votre site internet. Pour en savoir plus sur ces techniques, vous pouvez consulter notre article sur le maillage interne.

Explication des deux notions

Au sein d’une page web, le maillage interne consiste à faire des ponts vers d’autres pages web de votre site internet. Le maillage sert à apporter des informations complémentaires à vos lecteurs tout en les maintenant sur votre site web. Il est donc redoutable pour augmenter la durée de connexion par session tout en ajoutant une richesse supplémentaire en termes d’informations. En plus de cela, il développe (tout comme les liens sortants expliqués ci-dessous) le contexte sémantique de votre contenu textuel. Souvenez-vous qu’en SEO, le contexte est dieu !

Les sources externes permettent à vos lecteurs de comprendre certaines notions peu ou mal expliquées dans votre rédaction web SEO. En plus de cela, les sources externes confortent la teneur de vos propos en indiquant que vous n’êtes pas le seul à le dire. Au niveau de Google, les sources externes sont très prises en compte. Sans aller plus loin dans l’explication technique, les liens sortants sont valorisés par Google et offriront à votre article un indice de confiance supérieur. Ceci est excellent pour le référencement naturel.

Exemple de maillage interne et de liens sortants

Si par exemple, votre article parle de “vente de vêtement”, il est conseillé de rédiger d’autres articles autour du secteur de la vente de vêtements (par exemple, comment choisir son coton, un classement des meilleurs fabricants ou fournisseurs, …). En reliant ces différents articles entre eux, chaque article relié possédera un contexte sémantique supplémentaire apporté par le maillage interne. Cela s’appelle le jus de lien.

De même que pour le maillage interne, les liens externes apportent un contexte sémantique supplémentaire. L’avantage du lien externe est qu’il augmente également l’indice de confiance de votre page web (uniquement si les sources citées sont considérées comme sources de confiance par Google).

Conseils pour une bonne gestion du maillage interne et des liens externes

Pour chaque page web, il est important que dès la phase de rédaction de votre contenu, vous réfléchissiez aux liens internes et externes. Listez l’ensemble de vos articles déjà diffusés ayant un lien avec le nouvel article à publier. Listez l’ensemble des sources sérieuses parlant du même sujet que le votre. Les liens seront ensuite ajoutés via des ancres dans votre rédaction web SEO.

Pour juger le sérieux d’une source, nous vous conseillons d’utiliser l’outil MOZ. un grand nombre d’experts SEO l’utilisent afin de juger la fiabilité d’un site (via l’autorité de domaine et l’indice de spam).

Vérifiez votre rédaction web SEO à l’aide d’outils disponibles gratuitement

alyze outil d'analyse rédaction web

Alyze est un outil totalement gratuit qui vous aide à optimiser votre rédaction web SEO avant de la diffuser à votre audience.

Avant de diffuser votre article ou votre page, vérifiez la densité de mots ainsi que son poids sur le référencement souhaité. Des outils tels que ALYZE permettent de vous donner une idée de l’efficacité de votre contenu avant sa diffusion. Utilisez également un correcteur d’orthographe et faites-vous relire afin de diffuser un contenu de qualité sur les moteurs de recherche.

Consultez l’aperçu final de votre article (fonction disponible sur l’ensemble des CMS) et mettez-vous à la place de vos futurs lecteurs. Parcourez les différents chemins (maillage interne et liens externes), relisez-vous afin de voir si toutes les notions sont accessibles pour des lecteurs débutants. Vous êtes bientôt prêt à publier votre article. Il faut maintenant voir comment bien optimiser les images et les métadonnées avant la diffusion finale.

Pour conclure

La rédaction web n’est pas compliquée. Si vous êtes arrivé jusqu’ici (sans brûler les étapes), c’est que vous avez toutes les chances de devenir un rédacteur web SEO efficace. Il faut du temps, de la passion et mettre à jour régulièrement vos contenus.

Nous espérons que cet article vous aidera dans vos projets et vos réalisations. N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux et envoyez le à vos amis passionnés de SEO. Pour toutes informations complémentaires contactez-nous.

A bientôt pour de prochains conseils

Join the discussion 8 Comments

Leave a Reply

© 2019, AGENCE THRIVE